Marcel "Olivier" ALBERT

Marcel Albert est né le 25 novembre 1917 à Paris (13ème).

Très tôt, il aide ses parents au sein du garage familiale parisien. Son père gazé durant la première guerre mondiale ne peut continuer son activité, la famille déménage à la campagne du coté d'Orly. Marcel doit abandonner très tôt ses études pour travailler et aider la famille, sa soeur et sa mère se charge de son éducation.

Afin d'assouvir la soif de voler qui le travaillait, il sollicite une bourse de l'Etat et passe son premier et deuxième degré. Marcel est exceptionnel, partout où il passe il est le premier.

Entré au service le 24 mars 1938, il passe son brevet militaire au cours du mois de juillet suivant à l'école d'Istres. Puis il est muté à la 1ère Escadre de Chasse où il reste de juillet à septembre 1939.

Quand la guerre survient, il est envoyé au Centre de Formation des Pilotes de Chasse, à Chartres, le 5 septembre où il exerce les fonctions d'instructeur.

Le 15 février 1940, alors sergent, il rejoint à Reims, le G.C.I./3, premier groupe de l'armée de l'Air à être équipé de "Dewoitine 520". Au sein de la 2ème escadrille SPA 69, il prend part à la campagne de France. Le 14 mai 1940, il abat un "Me 109" et le 21 mai un "He 111".

Par la suite, Albert et ses camarades du I/3 rallient l'Algérie avec leurs appareils.

Le 14 octobre 1941 - jour où, ironie du sort, les galons de sergent-chef lui sont accordés - avec deux autres pilotes du I/3 Lefèvre et Durand, il profite d'un exercice pour s'éclipser et voler à tire d'aile en direction de Gibraltar. Dès son arrivée chez les Britanniques, il demande à signer un engagement dans les Forces Aériennes Françaises Libres (Mle n°30910).

Il arrive en Grande-Bretagne en décembre 1941 puis est transféré à Camberley au début de 1942. Il passe ensuite dans un O.T.U. (Operational Training Unit) britannique puis est affecté au Groupe de Chasse "Ile de France". Il accomplit quarante-sept missions de guerre au sein de cette unité.

Promu aspirant, il se porte volontaire pour combattre sur le front soviétique et rejoint le G.C.III. "Normandie" alors en formation à Rayack au Liban.

Promu sous-lieutenant le 12 décembre 1942, Marcel Albert remporte sa première victoire en Union Soviétique le 16 juin 1943 en abattant un "Fw 189". De nombreuses autres suivront qui lui vaudront d'être le second as français de la seconde guerre mondiale derrière Pierre-Henry Clostermann.

Placé à la tête de la 1ère escadrille du "Normandie" le 5 septembre 1943, l'as est nommé lieutenant vingt jours plus tard et promu Officier de la Légion d’Honneur puis capitaine en décembre 1944.

Marcel Albert est un des trois rescapés, sur les quatorze premiers arrivés au "Normandie" avec Joseph Risso et Roland de la Poype.

De retour en France avec le "Normandie-Niemen" en juin 1945, il est promu commandant et nommé Attaché de l'Air en Tchécoslovaquie.

Il quitte le métier des Armes en 1948 et émigre aux Etats-Unis. IL y devient en quelques années un homme d'affaires très respecté.

 

Grand'croix de la Légion d'Honneur, promotion du 12.04.2010, il est titulaire de 25 victoires aériennes dont 23 homologuées, de la Croix de la Libération, Croix de Guerre, Médaille de la Résistance, Ordre de la Guerre pour la Patrie, Ordre de Lénine, Ordre du Drapeau Rouge, Médaille de la Victoire, il fut aussi, privilège rare, élevé à la dignité de Héros de l'Union Soviétique.

Marcel 'O' Albert est décédé le 23 août 2010 à Harlingen (Texas), Marcel Albert a été inhumé le 30 août 2010 à Chipley en Floride.

Christian Chevalier
Fortement copié avec autorisation dans l'Ouvrage de Yves Donjon "Ceux de Normandie-Niemen"
Documentaliste du musée Normandie Niemen
Copyright 2002 Musée Normandie-Niemen-27700-Les Andelys.
TOUTES REPRODUCTIONS INTERDITES